Chronique n°1 : La relique du nécromancien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chronique n°1 : La relique du nécromancien

Message par Kezim Landras le Mar 9 Mai - 11:15





1ère chronique des Expéditions Fallen,
An 628 du calendrier du Roi,
Nuit du 6ème jour, 5ème mois.


Me voilà reparti pour une nouvelle aventure. Cette fois-ci, c'est au sein d'une organisation consacrée à l'exploration de notre merveilleux monde. Archéologie, découverte de paysages et situations périlleuses seront au rendez-vous. Il n'aura fallu que la première expédition à laquelle j'ai participé pour m'en rendre compte !

C'est donc dans la nuit montante du 6ème jour que tout un groupe de membres de l'expédition se réunit en face de l'entrée du tram des profondeurs, dans la belle cité d'Hurlevent. Je suis arrivé en avance, et pour patienter, je me suis pris le temps de contempler le ciel nocturne, dégagé et étoilé.

Le cosmos se dévoile, là, sous nos yeux, au dessus de nos têtes, infiniment gigantesque, majestueux. Tantôt harmonieux, tantôt chaotique, à la fois apaisant et source de crainte, il ne laisse que rarement indifférent. Pour ma part, c'est une vision qui m'apporte un bien fou, qui me fait prendre conscience de ma petite existence dans un univers dont mon esprit ne peut même pas percevoir véritablement la grandeur.

Cela m'apprend l'humilité et le profit de chaque instant, le temps de mon bref passage dans l'Histoire. En ces heures sombres, alors que la Légion déchaîne toutes ses forces sur notre monde pour tenter de le dominer une bonne fois pour toutes, ces moments d'introspection me font également penser à ceux qui dressent leur courage en guise de rempart contre l'armée démoniaque, en ce moment-même, sur les Îles Brisées comme partout ailleurs en Azeroth, et même sur d'autres mondes. Et que l'on soit croyant ou non, l'on ne peut s'empêcher de prier, de raccrocher notre espoir à ces pauvres âmes qui vivent l'enfer dans son plus simple appareil, là-bas, au front.

Mais je m'égare ! L'arrivée du chef de l'Expédition, le Draeneï Chrollo, m'extirpe de mes pensées. Ellÿ, une mage gnome à l'origine de cette expédition, nous somme alors de la suivre après de brèves et formelles salutations. Les effectifs de l'Expédition sont grands, et donc naturellement, tous ne sont pas venus, mais pour cette soirée, nous constituons tout de même une troupe de choc !

L'Expédition Fallen, tenant son nom de celui de Chrollo, est effectivement constitué de trois branches bien distinctes. Il y a d'abord les Aguerris, l'unité guerrière qui se charge de l'escorte des différentes expéditions menées ; il y a ensuite les Érudits, les têtes pensantes et autres mages de l'organisation, qui sont notamment en charge de l'étude des différents artéfacts et textes que nous pourrions trouver ; et enfin, les Intendants, dont je fais partie, qui sont, pour la plupart, spécialisés en d'autres tâches diverses. Pour ma part, il s'agit de la rédaction des chroniques et de la diplomatie entre l'Expédition et les différentes guildes et corps de l'Alliance qui croiseraient notre chemin, mais il y a également des marchands négociants, des chargés de l'administration, etc.

L'Expédition ne semble pas avoir peur de l'effort pour faire avancer son projet. Pour deux Érudits et un Intendant, un groupe de cinq ou six Aguerris nous accompagne. On ne plaisante pas avec la sécurité !

Une fois tout le monde prêt, donc, Ellÿ, dont l'enthousiasme serait palpable a des kilomètres, nous demande joyeusement de la suivre. Le groupe s’exécute. Nous entrons alors dans le sombre tunnel menant au tram des profondeurs...

En attendant l'arrivée du tram, Ellÿ nous fait un bref topo sur l'objectif de la mission. Au cours d'une de ses dernières aventures au sein du pays des nains, Dun Morogh, elle aurait perçu la présence d'un artéfact qui, pense-t-elle, pourrait l'aider à invoquer des portails menant aux quatre coins d'Azeroth. Voilà un objet qui serait des plus utiles pour l'organisation ! Il ne nous reste plus qu'à le trouver, s'il existe bel et bien. Mais pour ma part, ce n'est pas forcément l'objectif ou la destination qui compte. C'est le voyage qui les précède.

Le tram arrive après plusieurs minutes d'attente. J'adore cet engin de transport ! Il va vite, il faut bien s'accrocher durant le trajet. En effet, le tram des profondeurs, comme son nom l'indique, permet de rallier Hurlevent et Forgefer, la cité naine, en un temps record. Pour ma part, ce fut un régal, mais certains de nos aguerris, pour lesquels ce fut la première fois et qui n'étaient pas habitués à une telle vitesse, ont failli rendre leur quatre heures ! (Je ne citerai pas de noms pour n'offenser personne !)

Nous avons alors quitté la gare souterraine, et avons atterri en pleine Brikabrok, le quartier de Forgefer consacré au gnomes. Un quartier essentiellement composé d'engrenages et autres machines en marche, un quartier des plus bruyants en somme. Étant habitué au calme et à la sérénité, cette arrivée chez les gnomes m'a donné un mal de crâne passager. Ellÿ souhaitait continuer le topo, mais le groupe l'a supplié de quitter le quartier ! Compatissante et ne prenant pas la mouche, car il s'agissait bel et bien du quartier résidentiel de sa propre race, elle a accepté, et nous avons alors rejoint les rues naines de la cité souterraine.

Une grande crevasse , sécurisée par des clôtures d'acier, sépare les rues en deux. Sous cette crevasse, l'on distingue très nettement le cœur de la montagne, soit un flot incessant de magma incandescent. La chaleur remonte jusqu'à nous, et lorsque l'on s'approche du bord de la crevasse, elle devient rapidement insupportable pour un non habitué. Nous nous faisons tout de même la réflexion suivante : il s'agit probablement là du chauffage central de la cité. En effet, puisque la chaleur monte et que la crevasse s'étend en cercle sur toute la cité, c'est tout Forgefer qui en profite. Et alors que nous rejoignons peu à peu la sortie, nous comprenons pourquoi les nains ressentent le besoin d'un tel nid douillet, même si ce n'est pas au goût de notre amie pandarène Huang Jiao, qui estime que les nains font souffrir les esprits ancestraux de la montagne par de telles constructions.

Nous sortons à l'air libre, et ô combien frais, c'est peu de le dire ! Dun Morogh l'enneigée, que dis-je, la glaciale, s'offre à nous. L'entrée de Forgefer est située bien en hauteur sur la montagne, et une route tracée sur une grande colline permet de rejoindre le plancher des vaches. Mais nous prenons un instant pour profiter de la vue. Les forêts du pays, habillées de leur éternel manteau de neige, se dressent, majestueuses et comme fières, devant nous, en contrebas et jusqu'à l'horizon montagneux.

Ce paysage m'évoque étrangement le Pic de la Sérénité, en Pandarie, par son environnement et son climat. Une pensée qui me rend nostalgique et mélancolique, car comme bon nombre de moines, j'ai vu de mes yeux la destruction de notre sanctuaire par la Légion Ardente.  Le feu de la vengeance ne dévore plus mon cœur comme à cet instant-là. Mon vœu le plus cher est simplement qu'un jour, notre monde retrouve enfin la paix. Cela fait tant d'années, à présent... On ne sait plus vraiment à quoi cela ressemble, la paix. On ne fait qu'essayer de la trouver, en soi, et dans notre lien avec les autres, notamment par ce genre d'aventures. Peut-être qu'un jour, ce ne sera plus une illusion. Peut-être qu'un jour, le Pic de la Sérénité retrouvera sa splendeur, et que l'on pourra de nouveau parcourir les temples, les aires d'entraînement et autres bibliothèques de parchemins, contenant la sagesse des maîtres d'autrefois, qui le caractérisent.

Mais je m'égare à nouveau. Le moment est venu de reprendre la route ! Nous descendons alors la colline, en essayant de ne pas glisser, car bien que la route eut été dégagée, elle restait humide, et la pente était plutôt ardue.
En suivant toujours Ellÿ, nous nous frayons alors un chemin sur les routes du pays enneigé. Le bruit du vent semble émerger du fond de la forêt. Les arbres s'agitent, et parfois, l'on est surpris par le mouvement de ce que l'on pense être un monstre, et puis l'on se sent un peu bête lorsque l'on voit un petit lapin blanc émerger et passer devant nous. Mais nous avons tout de même raison de rester sur nos gardes : Elly nous demande de faire attention, car les trolls crin-de-givre, qui ont été quelque peu bousculés par les invasions de la Legion Ardente, sont agités en cette époque.

Et ça n'a pas loupé ! A mi-chemin entre l'entrée de Forgefer et la Carrière de Gol'Bolar, nous avons été pris en embuscade par un groupe de trolls crin-de-givre, fermement décidés à " défendre leur terres". Aussitôt, nous autres Intendants et Erudits avons reçu l'ordre de se tenir au centre d'un cercle formé par les Aguerris. Cette formation connut un grand succès ! Nos mercenaires ne sont pas là par hasard : ils ont déjoué cette embuscade avec brio, repoussant nos agresseurs avec férocité, les surpassant de technique martiale et de dangerosité. En tout et pour tout, seulement l'une d'entre nous, Clêra, a reçu un coup de poing dans le ventre, et l'auteur de cet acte a été sévèrement puni par Huang Jiao, une puissante et massive pandarène qu'il vaut mieux avoir pour amie ! En somme, rien de méchant. Leur efficacité fut telle que je n'eus rien à faire. J'ai tenté d'aider en soignant d'éventuelles blessures grâce à ma maîtrise de mon chi et des brumes, mais le groupe n'en eut même pas besoin. Si quelqu'un doutait de sa sécurité à ce moment précis, nul doute que tous ses interrogations s'étaient dissipées !

Quelques trolls furent tués sans forme de procès, et les autres prirent la fuite. Conscients que la menace de représailles n'était pas à négliger, nous avons repris rapidement la route pour nous mettre en sécurité au campement de la carrière.

Accueillis par les nains, nous avons alors pris un instant pour nous remettre de nos émotions et reprendre des forces. Je suis allé m'asseoir à l'une des tables de fortune du campement, pour manger un morceau et achever de prendre mes notes pour cette chronique ici-présente. Huang Jiao m'a alors offert l'une de ses "boulettes" de riz. Je dis " boulettes", car elle était suffisamment imposante pour sustenter sa détentrice originelle. En somme, cette boule de riz aurait pu aisément nourrir 3 humains !

J'ai donc pris soin de n'en prendre qu'une petite part. Mais ce qu'à omis de me dire la pandarène, c'est que cette boule de riz contenait de l'huile qui a sévèrement fait travailler mon transit ! Pris de maux de ventre, j'ai été contraint d'arrêter l'aventure ici, pour ne pas être un poids pour le groupe. Le groupe s'est alors remis en route. Je les ai salué, attendant leur retour avec impatience, et puis je me suis éclipsé pour... régler mon problème.

Ce qu'il s'est passé ensuite est donc accessible grâce au généreux témoignage d'Ellÿ elle-même :

" Nous avons fait route vers le lieu de la relique. Juste avant celle-ci, nous sommes tombés sur un camp vidé depuis longtemps et un journal d'aventurier. Ce dernier cherchait la relique et parlait d'un nécromancien. L'état du journal était très mauvais.

Ce que l'on a pu déchiffrer du journal disait que le nécromancien était redoutable. Il aurait tué deux hommes de son groupe pour en faire probablement des rituels avec leurs os.

A ce moment, les Expéditions savaient donc ou se diriger. Nous avons traversé un lac glacé et ce ne fut pas fameux... une fois cette tâche accomplie, nous sommes tombés sur deux cadavres, ceux dont parlait l'aventurier dans son journal.

La relique était proche, beaucoup le sentaient. Mais en entrant dans le bâtiment ou elle semblait être... Un nain apparut.  C'était le nécromancien. Relique à la main, il nous défia. Il était d'une grande puissance.
Un combat acharné s'ensuivit, mais nous l'avons vaincu ! Cependant, le nécromancien a dit quelque chose lors de sa mort : " Maîtresse, pardonnez-moi... "

Perplexes, nous sommes tous de même rentrés à partir de là, et à présent, la relique est en lieu sûr. "


Je continue de m'interroger sur les dernières paroles de ce nécromancien. Peut-être venons-nous d'effleurer une partie émergée d'un iceberg, et que nous ne sommes pas au bout de nos peines ! Mais cela... vous le découvrirez dans les prochaines chroniques !

Par Kezim Landras, Intendant (spécificité : Chroniqueur, diplomate).
avatar
Kezim Landras

Messages : 6
Date d'inscription : 09/05/2017
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum